Le bonheur EP

by brome

/
  • Compact Disc (CD) + Digital Album

    Beautiful digisleeve CD (pictures are coming soon)

    Includes unlimited streaming of Le bonheur EP via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 3 days

      €8 EUR or more 

     

  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    Purchasable with gift card

      €6 EUR  or more

     

1.
03:32
2.
05:35
3.
02:40
4.
05:04
5.
03:51
6.
04:42

about

Timothée Demoury : guitars, voice, beats, bass, percussions, keyboards, field recordings
Alexandra Simon : keyboards (1, 2, 3), voice (2)
Samuel Rouanet : drums (1), back vocals (1)
Arnold Erben : bass (1)
Grégory Pleiber : drums (2)
Chad Popple : shaker (3)

All tracks written by Timothée Demoury

Recorded by Timothée Demoury @ Grand Ressac’s room in Berlin
except :
Chad’s tracks @ his place in Hamburg
Sam’s drums @ Andere Baustelle Tonstudio, Berlin by Boris Wilsdorf
Harmonie’s guitar & drums were recorded by JF Le Coq near Nantes
October 2013 _ June 2015.

Mixed by Kevin Ratterman @ La La Land in Louisville, KY in July 2015
Mastered by JJ Golden @ Golden mastering in Ventura, CA in June 2016

Cover : Untitled (Filtered) © Roman Moriceau
Artwork : Stephanie Piehl _ www.pleaseteenage.org


Thank you

www.ilovebrome.com

credits

released March 2, 2018

license

all rights reserved

tags

about

brome Berlin, Germany

guitars' grand ressac, woods and fields, rhythm, rivers and stagnant waters, intimate relationships, cities and factories, the news, happiness and strange feelings, french words

contact / help

Contact brome

Streaming and
Download help

Report this album or account

Track Name: Tu sais
Tu sais ce n’est pas facile de vivre ici
Tu vois cette ville m’abasourdit

Et même si tu m’envies crois moi tu ne devrais pas

Tu sais je ne me suis pas enfui je suis juste parti
Tu vois les raisons que tu évoques n’en sont pas

Et même si tu m’en veux crois moi tu ne devrais pas

Peut-être je repartirai non sans regret
À Brazza ou Katowice, New-Orleans

Et même si tu m’envies crois moi il ne tient qu’à toi

Quand bien même on se recroise non loin d’ici
Je sais il sera facile de s’amuser tout oublier

Et même alors si je m’enfuis crois moi tu me retiens
Et même alors si je m’enfuis crois moi tu m’en empêcheras
Track Name: Harmonie
odeur de silex frotté près chez toi
pourquoi faire tomber ces vieilles pierres
qu’ont-elles faient de mal ?

un sacrifice ? les dieux contre moi ?
moi peut-être déplacé d’un autre temps
harmonie

parfois nostalgique je rêve à cette époque
où de petites routes et chemins sillonnaient péniblement nos campagnes
et toi ma comtesse de ces jours oubliés
tu me retiens au travers ce triptyque fascinant
ou cette photographie noire et blanc
un peu floue

en apesanteur entrelas d’acanthes
plafond aux poutres métalliques et rivets
une histoire fantastique de cavalier
racontée à l’encre bleue noire et dorée

joute de chimères, sphynx ou griffons
au rythme de tes pieds nus sur le parquet
moi peut-être déplacé d’un autre temps

un corps de femme se faufile

harmonie
harmonie
Track Name: Da sein
Wasser Musik
Ist mein Blitzkrieg
Raben im Rahmen
Hochhaus
Graues Wetter

Ich möchte nur da sein da sein

Osten, mein Hertz
Aus den Trümmern
Leben
Stolz unter dem Regen
Tanzen
Kaltes Wetter

Ich möchte nur da sein da sein

Auf dem Deich
Wälder weit
Kein Bock auf dein Gespräch
Im Milchkanal
Du so schön
So schön

Ich möchte nur da sein da sein
Ich möchte nur da sein da sein
Track Name: Le bonheur
Le bonheur qu’est-ce que c’est ? C’est un avion qui décolle de l’aéroport de Tegel un matin de novembre.
Le bonheur qu’est-ce que c’est ? C’est la visite d’un zoo délabré, singes malins, crocodile, panthère et cichlidés. Le bonheur c’est danser comme un fou sur du kudoro dans une boîte surchauffée de Kinshasa. Les filles sont belles et sexy, masquées ; ça flambe au champagne tout autour.
Le bonheur qu’est-ce que c’est ? Ce sont des gosses qui jouent, chantent, dansent, rythmes hip-hop sur des batteries en bidon. Ce sont des musiciens qui répètent l’après-midi dans une parcelle, pour la famille, les voisins, le quartier, tous en profitent.
Le bonheur c’est boire une bière Primus avenue Kato avec les amis musiciens, Cubain, Love, Boobs, Lobota, à la tombée de la nuit. Un vieux pygmée de passage à qui je propose une gorgée de bière, me l’engloutit presqu’en entier. Les gens passent, c’est animé, la rue est défoncée, jonchée de débris, de détritus, mais il fait bon malgré la poussière.
Le bonheur c’est aller écouter le groupe de pygmées Bakolo System et leurs chants de la forêt, ils répètent à côté du grand marché. Là-bas on vend de tout, cuisse de croco, chenilles grillées, poissons préhistoriques du fleuve Congo, tête de chèvre, savon, or, vêtements, fruits, légumes, oui, de tout. Puis, retour sur le boulevard du 30 juin en moto taxi pour éviter les kulunas.
Le bonheur qu’est-ce que c’est ? C’est aller boire un sucré avec Grace en terrasse un soir à Magasin.
Le bonheur qu’est-ce que c’est ? C’est traverser le fleuve Congo même si les postes frontières du Beach sont très corrompus et désagréables à passer.
Le bonheur c’est aller manger de la viande grillée avec Joseph dans le quartier de Bacongo à Brazzaville. Il me fera faire un tour de la cité en mène-à-la-mort. Ce soir là, on me prendra même pour un chinois.
Le bonheur c’est aussi échanger avec Bienvenu sur la terrasse à Blanche Gomez, nos chansons et morceaux de guitare.
Le bonheur, traverser la savane arborée en Jakarta, conduite de main de maître par Cédric. Puis une heure de marche par 35° à travers les matitis et la forêt, pour aller voir une cascade.
Le bonheur, c’est la traversée du Mayombe en voiture même si j’ai cru mourir plusieurs fois ce jour-là, près d’un de ces villages de prostituées pour les grumiers, à doubler des camions sans frein, à la tombée de la nuit, sur la route neuve, mouillée, glissante, dangereuse, terriblement dangereuse. À côté, ces petites huttes, faible lueur de feu fumée brume, sur les massifs dans la forêt.
Mais le bonheur ce n’est pas l’enfer du pétrole en arrivant à Pointe Noire, c’est plutôt manger du poulet grillé sur la plage à côté de la côte sauvage en face du wharf avec Junior et Cherif. Peut-être aussi, une bouffée d’air climatisé au supermarché Casino du centre. Acheter une bouteille de Champigny pour Dominique, Odile et Daniel.
Le bonheur qu’est-ce que c’est ? C’est passer l’après-midi chez Jupiter à Lemba à Kin pour son anniversaire. Boire des bières devant son siège social, manger des fourmis rouges grillées, manquer de me faire « coincer » par la jolie Alicia. Et regarder, les gens bien habillés aller « à la connerie », dixit M. Bokondji.
Le bonheur, le même soir, dire un texte, chanter une chanson au Mont des Arts du collectif Sadi. Puis trainer aux terrasses sur le boulevard du 24 avec Stella, Martinais, Cubain et Colin. Puis, dormir en cité, entre deux ravissantes créatures. J’avoue j’ai moins aimé le prêcheur du réveil à côté à 6h du matin.
Le bonheur qu’est-ce que c’est ? Le bonheur, c’est aussi un avion qui atterrit à l’aéroport de Tegel un après-midi de décembre.
Track Name: Perdue
Affublée de faiblesses
Te voir utiliser à nouveau
Tes muscles es-tu revenue ? loin de ces territoires
Recouvrer tes gestes
La parole pas encore

Comme pousser une portière d’auto pour la fermer
Te voir marcher sur le trottoir regarder à gauche à droite
Traverser la rue hors de danger pour des cigarettes
Et en fumer une, une cigarette
Que le brouillard lève cette brume

J’entends un train passer non loin
Les vibrations dans la maison
Nous proviennent
En un grondement sourd

Non je ne veux pas croire que tu sois perdue
Non je ne veux pas croire que nous t’avons perdue
Et ce n’est pas cette fois-ci que le train t’emmènera
Loin de nous
Track Name: Vika
Là-bas il y a des tramways. Les passagers des tramways disparaissent dans la cité. Les façades s’effritent, délabrées, les murs usés, des barres d’immeubles. Les trottoirs en dalles de béton. Les chemins de terre, de poussière, traversent la ville.

Un grand canal aux berges en ciment. Un homme un peu soûl sort fumer devant l’immeuble. Une femme à la fenêtre, en ville, prend l’air un soir d’été.

Un hôtel dans une cité, près d’une station service. Une zone verte, une vaste étendue d’herbe rase, un terrain vague. Un espace vide entre des vieux immeubles, une usine en brique à grande cheminée.
Des avenues immenses, longues et larges. Des abris bus rouillés dans le moindre village et banlieues retirées.

De jolies filles dans des villages excentrés, dans des banlieues, passent dans le terrain vague. Une jolie serveuse aux tresses blondes.
Des vieux robinets en plastique mais de l’eau très chaude.
Des familles attablées sous les galeries, de bois, de béton. À la lumière d’une ampoule, d’un néon.

L’automne est bien entamé, bois et charbon. Anonymat de ces petites boutiques simples, kiosque au coin des rues. Le bruit du tramway qui passe. Un mannequin, enfance aux pieds nus. Grand mère au bord du lac.

C’est magnifique, la ville, la forêt, la campagne. C’est magnifique. Surtout le matin quand on part de notre dépôt. Le jour se lève à l’horizon. Les toits couverts de neige. Amulette, vieux livre, petit bouquet de fausses fleurs.

À Lliv, on dit qu’il y a une maison près de la gare, dont le haut du toit sépare le Sud du Nord de l’Europe. Les gouttes de pluie qui tombent sur le côté droit coulent vers la Mer Baltique. Celles qui tombent à gauche descendent vers la Mer Noire.

Je me tairai, je ne dirai rien, je resterai secret, Vika.
La chute cendreuse du crépuscule d’hiver.
Je me tairai, je ne dirai rien, je resterai secret, je resterai secret.
Je ne dirai rien, quartiers éparses, quartiers déserts, Vika.

Des jolies filles passent sur le terrain vague. Des familles en habits d’été se promènent dans la ville. De vastes trottoirs, des vieilles rues pavées qu’empruntent les tramways. De très jolies filles très bien habillées dans des endroits improbables. Des gens qui attendent le bus, le trolley.

Je me tairai, je ne dirai rien, je resterai secret Vika

Étendues d’herbe et de terre. Des jolies filles sur le terrain vague.
Quand il n’y aura plus de terrains vagues tout sera fini. La ville sera perdue.

If you like brome, you may also like: